«Quand on souffre du syndrome oculaire sec, il faut pallier le déficit de liquide lacrymal et humidifier les yeux». Dans ce rapport, vous apprendrez pourquoi l’efficacité de ce traitement n’est souvent pas de longue durée et comment il faut soigner correctement les yeux secs.

 

Le battement de paupières et le film lacrymal – une équipe bien rodée

Un déficit en liquide lacrymal était considéré longtemps comme l’une des causes de la sécheresse oculaire. Des découvertes scientifiques montrent désormais que cette dernière provient, dans près de 80% des cas, d’une évaporation accrue due à une couche lipidique protectrice.
Un film lacrymal sain et stable est important pour la santé de vos yeux: il nettoie et protège leur surface, empêche les inflammations et permet une vision claire. Le film lacrymal est composé de trois couches. La couche de mucus profonde relie la cornée à la couche moyenne aqueuse qui humidifie l’œil, le nourrit et l’oxygène. La couche extérieure huileuse (lipidique) stabilise et protège le film lacrymal d’une évaporation trop rapide.

C’est pourquoi la formation et la répartition des lipides revêt une importance capitale dans la protection contre l‘évaporation. Ces corps gras sont sécrétés dans les glandes de Meibomius situées sur le bord des paupières, puis réparties sur le film lacrymal à chaque battement des paupières. Des glandes lacrymales qui fonctionnent bien, des bords de paupière en bonne santé et le clignement régulier des paupières garantissent la stabilité du film lacrymal.

 

Lorsque le film protecteur se déchire, plus rien n‘arrête l’évaporation!

La climatisation et la surchauffe des bureaux, les lentilles de contact ou l’ozone de l’air perturbent durablement la formation d’un film lacrymal stable. De longs moments passés à travailler devant l’ordinateur ou à regarder la télévision réduisent la fréquence de cillement et le film lacrymal devient instable. Avec l’âge, la production de lipides dans les glandes de Meibomius diminue pour des raisons hormonales. L’insuffisance de lipides sur le film lacrymal entraîne sa déchirure: l’évaporation du liquide devient permanente et l’œil se dessèche.