Dynamisation

Au début de ses expériences, Samuel Hahnemann absorba des substances médicamenteuses (par ex. du quinquina) en grande quantité pour en observer les effets sur son organisme. C'est ainsi qu'il découvrit que certaines substances étaient trop agressives pour l'homme. Il décida donc de les diluer; mais constata que la simple dilution annulait autant la toxicité que les effets bénéfiques. Ce problème amena Hahnemann à inventer la dynamisation. Il a en effet pu constater que l'efficacité était conservée si la dilution était faite par étapes successives et que chaque phase de la préparation était fortement secouée ou finement pilée dans le mortier.

Le mot dynamisation signifie accroître le pouvoir thérapeutique de la substance médicamenteuse (dynamiser, intensifier). Le processus de dynamisation homéopathique d'un médicament comprend donc à la fois la dilution de la substance médicamenteuse et l'intensification des propriétés curatives.

La dilution progressive signifie par exemple qu'une dilution de 1:1'000'000 n'est pas réalisée en une fois, mais en plusieurs phases successives. A chaque phase de dilution, la préparation est dynamisée en étant fortement secouée (substances solubles) ou pilée (substances non solubles).

Pour une dilution décimale, une part de substance active sera diluée avec neuf parts de solvant. Pour obtenir une dilution finale de 1:1'000'000 il faut donc diluer 6 fois de cette façon. Ce degré de dynamisation portera l'indication D6 (par ex. Apis D6).

 

Qu'obtient-on par la dynamisation ?

La dynamisation permet

  • de neutraliser des substances actives réputées toxiques à l'état naturel et d'éviter ainsi des effets secondaires indésirables
  • d'activer et donc d'intensifier à chaque phase de dilution les propriétés curatives immatérielles de la substance active
  • d'utiliser des substances sans pouvoir curatif à l'état naturel (par ex. l'or métallique) pour les transformer en médicaments avec action curative.

 

Quels sont les types de dynamisation ?

Les phases de dilutions des médicaments homéopathiques sont désignées par dynamisation. On distingue :

  • D = la dilution décimale
    par étapes successives, la substance médicinale est dynamisée avec la substance porteuse dans la proportion 1 : 10
  • C = la dilution centésimale
    par étapes successives, la substance médicinale est dynamisée avec la substance porteuse dans la proportion 1 : 100
  • LM ou Q = la dilution « quinquaginta-millesimale »
    par étapes successives, la substance médicinale est dynamisée avec la substance porteuse dans la proportion 1 : 50 000

 

Les trois modèles de dilutions on fait leurs preuves dans la pratique. Pour un traitement homéopathique réussi, le choix de la dynamisation a une importance relative. Ce qui importe est de trouver le médicament qui correspond aux signes de la maladie et que la dynamisation soit assez élevée, c'est-à-dire la dilution suffisante pour ne plus avoir de risque de toxicité. Les médicaments Similasan sont uniquement composés de dynamisations non toxiques.