À quel point les téléphones portables, tablettes et Cie sont-ils nocifs pour nos yeux?

Depuis plusieurs centaines de milliers d’années, au cours du développement génétique de l’être humain, nos yeux ont appris à se protéger des rayons UV-A et UV-B nocifs. Grâce à la cornée et au cristallin, l’œil possède une protection naturelle «intégrée» contre ces rayonnements et a ainsi pu s’en accommoder jusque vers les années 90. Avec la forte augmentation de la communication mobile et la consommation quotidienne de médias numériques souvent  pendant des heures, les yeux sont de plus en plus soumis à des rayons lumineux comportant des fréquences nocives.

 

Lésions au niveau de la macula dues à la lumière bleue

Des études scientifiques ont ainsi montré que certaines fréquences de lumière bleue qui proviennent des tablettes, portables et Cie ont des conséquences négatives sur la macula de l’œil.

La macula est une région précise de la rétine qui permet de «voir avec précision». Avec l’incidence des fréquences de lumière bleue, des processus oxydatifs sont déclenchés dans la macula, qui peuvent conduire à une dégénérescence de celle-ci ou, dans le pire des cas, à la cécité.

Plus l’œil est exposé longtemps à cette lumière bleue, plus les conséquences sont graves.  Celui qui travaille à l’écran pendant seulement une demi-heure par jour opte pour la sécurité. Le mécanisme de compensation de l’organisme humain peut réparer lui-même ce « dommage». Des études portant sur les appareils mobiles montrent cependant que les jeunes de 12 à 16 ans consomment en moyenne plus de six heures de médias numériques par jour. Une dégénérescence de la macula en raison de l’âge, affection nommée DMLA dans le jargon médical, est préprogrammée.

 

Comparaison des appareils comportant des émissions nocives de lumière bleue

Comment peut-on s’en protéger?

On trouve dans le commerce des lunettes de protection spécifiques qui interceptent ces fréquences lumineuses. Dans le cas de nombreux appareils, il est aussi possible d’activer une fonction dite de protection contre la lumière bleue. Pourtant, de nombreux utilisateurs ne connaissent pas cette fonction ou ne l’enclenchent pas volontairement, car les couleurs des photos et des vidéos diminuent ainsi de façon considérable.

De même, une alimentation équilibrée contribue à la prévention d’une dégénérescence de la macula. Certes, les caroténoïdes présents dans les carottes offrent par exemple une bonne protection cellulaire pour l’œil, mais ils doivent être fournis en grandes quantités à l’organisme pour pouvoir constituer une protection efficace. Une autre possibilité consiste à assimiler des produits à base de lutéine, comme par exemple le Flora-Glo issu de la fleur de tagette. Les compléments alimentaires représentent assurément la solution la plus confortable. Avec les capsules «Similasan Protect» et les gommes «Similasan Protect Junior», Similasan met deux produits tout à fait nouveaux sur le marché.

 

Les deux solutions de Similasan

Capsules Similasan Protect avec 60 ou 180 capsules

Composants (quantités journalières):
acides gras oméga 3 issus d’algues (140 mg)
vitamine C (80 mg)
vitamine E (12 mg)
zinc (5 mg)
lutéine (10 mg)
zéaxanthine (2 mg)
constituants de la capsule à base d’amidon (sans gélatine)
végétalien (pas de composantes animales), sans gluten, sans sucre

Capsules Similasan Protect pour adultes: Avaler 2 x 1 capsule par jour avec un peu d’eau.

Similasan Protect Junior avec 60 gommes

Composants (quantités journalières):
vitamine C (20 mg)
vitamine E (3 mg)
zinc (2,5 mg)
lutéine (1,25 mg)
zéaxanthine (0,11 mg)
avec pectine, sans gélatine
arôme d’orange naturel
végétalien (pas de composantes animales), sans gluten.

Similasan Protect Junior à partir d’env. 6 ans: Consommer 2 x 1 une gomme par jour.